Quand deux passionnées de crochet se retrouvent coincées dans une voiture,
forcément elles parlent crochet.

Cette histoire commence le 27 avril dernier, lors d'un covoiturage
pour aller au festival "Le fil de la Manche" avec Stéphanie de la Phanette aux petits pois.
Nous parlions amigurumi (petits jouets tricotés ou crochetés).
Stéphanie aime les crocheter en laine, tandis que je ne jure que par le coton.
Bref, nous discutons et avancons nos arguments.
Mais oui, c'est un sujet sérieux qui mérite d'être débattu.
Stéphanie me glisse dans la conversation
qu'elle aimerait crocheter ses propres amigurumis.
La conversation trouve sa conclusion devant le stand de (Vi)laines 
et les sublimes écheveaux teintés par Marion.

Nous sommes restées en admiration devant le panier des boulettes,
les mêmes couleurs que les écheveaux mais en petites pelotes de 20g,
et nous avons trouvé le prétexte parfait pour nous en acheter quelques-unes :
je crochète un amigurumi en laine et Stéphanie créé son modèle.
Nous avons donc décidé de crocheter un amigurumi original en utilisant une de ces boulettes,
et nous devions finir notre petite créature pour la fin du mois de juin.

phanette-pasapasdechat-00

En choisissant mes coloris, j'avais en tête de crocheter un petit animal.
Une petite souris ou autre.
J'avais le choix entre du brun ou du gris pour réaliser la base.
La souris est passée à la trappe,
je n'arrivais pas à imaginer autre chose qu'une poupée.
J'aime les Phanette que Stéphanie coud et que l'on peut admirer sur son blog.
Je ne pouvais pas crocheter autre chose qu'une poupée à la mode Phanette.

phanette-pasapasdechat-04

J'ai utilisé :
3/4 de boulette Tordues DK coloris "Chicorée du matin" pour la poupée,
3/4 de boulette Tordues DK coloris "Sauter dans les fougères" pour la robe et le bandeau,
1/4 de boulette Tordues Sport coloris "Chupa-chups du vendredi" pour les cheveux.
Si mes souvenirs sont bons, j'ai crocheté en n°2,5
Je ne l'ai pas mesurée mais à vue de main, elle doit faire entre 14 et 15 cm.

phanette-pasapasdechat-03

Suzanne était née et attendait avec impatience de découvrir la seconde créature.
Elle a attendu.
Attendu.
Attendu encore...

A l'automne, Lucienne a déboulé dans sa décapotable jaune.

phanette-pasapasdechat-08

L'histoire a commencé dans une voiture et se termine dans une autre.
C'était inévitable, elles ont discuté mailles serrées, taille de crochet et rembourrage.

phanette-pasapasdechat-07

Sans nous concerter, nous avons crocheté toutes deux une poupée.
Leurs tenues sont légères pour la saison,
mais avec toute la laine qu'elles ont sur le dos,
croyez-moi, elles n'ont pas besoin de doudoune.

phanette-pasapasdechat-05

Lucienne est chez moi et elle prend bien la pose.
Je la trouve craquante.
Je suis impressionnée par cette première improvisation,
et j'espère bien que Stéphanie ne s'arrêtera pas en si bon chemin.
Je l'ai guettée tout l'été et je ne suis pas pressée de la renvoyer chez elle.
Pour le moment, elle apporte un peu de soleil à mes petites tomates.

Je suis curieuse d'en découvrir plus sur Lucienne dans le billet de Stéphanie.

ooooooooooooooooooooooooooooooooooo

En plus d'avoir passé de bons moments avec Stéphanie, ce défi m'a convaincue.
La laine est souple et élastique.
Elle fait des mailles plus serrées et le rembourrage se voit beaucoup moins entre les mailles.
Le résultat est plus léger et aussi plus douillet.
Les teintes sont pleines de nuances et je trouve que c'est beau !

phanette-pasapasdechat-09

Côté qualité-prix :
 Je me suis promis de privilégier la qualité (origine et traitement), 
alors mes fils ont un coût certain et c'est bien logique.
La fabrication du coton a un impact très lourd sur l'environnement
et la traçabilité des pelotes de coton est quasi nulle.
 A qualité égale, je trouve qu'il n'y a pas de différence de prix.

Le choix des coloris est quand même plus grand pour le coton
et il reste le grand favori si les amigurumis sont destinés à de jeunes enfants.
C'est sûr, je n'abandonnerai pas le coton,
mais j'utiliserai plus facilement la laine pour mes amigurumis,
et je suis même prête à puiser dans mes fins de pelotes.
Grâce à ce défi, je n'envisage plus mes amigurumis de la même manière.

 

A bientôt
Rendez-vous chez La phanette aux petits pois
pour découvrir l'histoire de Lucienne.